un soupçon de transparence...

Bonjour du dimanche matin,

Après une nuit en pointillés (ben vi, comment appelle-t-on une nuit avec un réveil à quatre heures, un autre à cinq heures, un autre à six heures, et un autre à sept heures ?), je me suis dit que j'allais ranger un peu les atc auxquelles je n'ai pas touchées depuis fort fort fort longtemps... et qui étaient restées sur le bureau depuis au moins aussi longtemps (mais dans un petit panier tout de même, hein ? faut pas pousser !). Du coup, j'ai ainsi remis la main sur celles que j'ai réalisées pendant les vacances pour me remettre à occuper mes dix doigts et ma tête. J'ai voulu essayer une technique proposée par Théalie sur le "forum des atc" mais le matériel ayant eu des velléités de rebellion, j'ai du modifier quelque peu les instructions...
Voici tout de même le résultat, la première photo est prise sur un papier blanc, la seconde "devant la fenêtre" pour donner un aperçu de la transparence, nonobstant le contre-jour...




Alors voyons, il s'agit de :
- couper un rhodoïde au format "atc" (impérativement 64x89 mm)
- choisir l'image, l'encrer si vous le désirez et la coller "face contre l'atc de rhodoïde"
- recouvrir toute l'atc de rhodoïde de colle, sur le côté où est collée l'image (donc sur le dos de l'image aussi, si vous suivez bien)
- y parsemer des paillettes, poudre métallisées ou autres... (là, mon côté "anti-gaspi" me ferait dire que les paillettes sur le dos de l'image sont inutiles...)
- la recouvrir d'une seule épaisseur fripée de mouchoir de papier (dont vous aurez préalablement séparé les épaisseurs justement)
- encoller encore généreusement
- laisser sécher* (et c'est là qu'il y a eu un couac chez moi)
- mettre en couleur l'arrière (donc l'épaisseur de papier encollée et séchée) à la gouache ou aux encres
- décorer l'avant (donc le rhodoïde lui-même) avec des encres (résistantes sur le rhodoïde bien sûr), des tampons, des poudres à embosser (si votre rhodoïde n'est pas trop sensible à la chaleur, certains se ratatinent aussi sûrement que du plastique fou, mais de manière bien moins jolie) ainsi que des bibrouilles à coller...
* Le couac :
Petit à petit, au fur et à mesure que la colle séchait sur l'épaisseur de mouchoir, les coins rebiquaient... pas franchement joli, joli. Donc j'ai plusieurs fois tartiné généreusement le mouchoir de colle en me disant que "Screugneugneu ! Ca allait bien finir par coller, ce machin-là !" Et à chaque nouvel encollage, j'attendais une nuit ou une journée que cela sèche bien... et cela continuait à rebiquer dans les coins...
Finalement, de désespoir devant l'ampleur des dégâts du rhodoïde qui se décollait de plus en plus, j'ai carrément "enlevé" le rhodoïde ! Oui, j'ai décollé le "mouchoir tellement encollé qu'il en était durci, un peu comme ces tissus durcis qu'on utilise pour faire des masques, voyez-vous ? J'ai continué la technique comme si de rien n'était. Et l'avantage fut que j'ai découvert entre temps en essayant à embosser que mon rhodoïde ne supportait pas la chaleur... donc j'aurais eu d'autres soucis si les coins n'avaient pas tellement rebiqué...
Ainsi, j'ai obtenu une atc donc le support est le mouchoir lui-même, durci à la colle vinylique.
Et recyclage possible : le support de rhodoïde peut servir à nouveau...

bonne journée
Véronique
"La différence se mesure parfois
dans les plus infimes détails."
John Pawson

Commentaires

  1. merciiiiiiii véronique, je viens de me régaler en relisant toutes tes explications, ben oui, quand j'ai une telle œuvre entre les mains, je ne peux m'empêcher de chercher le pourquoi du comment, donc c'est avec plaisir que j'ai tout relu
    au passage, j'adore le dos de ton atc, la texture, le relief et les couleurs, trop trop belle, je suis vraiment très touchée que tu m'es envoyé une de tes atc transparentes
    1000 mercis

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Une ferme...

Je vous ai apporté un bouquet... parce que les bonbons, c'est pas raisonnable...

Ballotins...