Regard sur le quotidien : premier p'tit bonheur

Bonjour,

Pour ce premier jour de la ronde des p'tits bonheurs, nous avions le choix du thème entre "petits pieds" et "lettre d'amour"... J'en vois quelques-unes qui se marrent comme des baleines à l'idée que je puisse aborder le sujet des lettres d'amour... " Le fait est que, par inclination, je serais bien allée d'un bon pas vers le thème "petits pieds"... juste pour m'éloigner subrepticement du thème" lettre d'amour" mais quand on voit la pointure des marmottes, on a du mal à y voir un petit pied, ou bien c'est un lointain souvenir...

Mais pourquoi ne pas, en effet, user de réminiscence, d'autant plus que j'ai retrouvé il y a peu dans la voiture la première paire de chaussons de Marmotte numéro Un..."Wahoooooo ! "C'était à moi ça, maman ?- Ben oui, ma puce...- Ouh là, je rentrais là-dedans ?- Et bien oui, mais on est loin du "38", n'est-ce pas?"

Notre lettre de service est claire : il nous est recommandé de trouver un petit bonheur ayant rapport à une lettre... d'amour... Donc voilà, les rieuses, c'est bel et bien le thème de la lettre d'amour que je vais évoquer dans la première semaine de cette ronde des "petits bonheurs".
J'étais bien partie... J'ai toujours adoré écrire : choisir mon papier à lettres, faire glisser mon stylo-plume sur le papier, recommencer à cause d'une erreur d'orthographe ou d'inattention (soyons honnêtes, ce n'était pas cela que je préférais, mais je n'aime pas du tout laisser une erreur, alors il fallait bien recommencer...), plier la lettre, la glisser dans l'enveloppe, fermer l'enveloppe, à une époque ou les enveloppes auto-adhésives n'étaient pas monnaie courante (Je vous parle d'un temps... que les moins de vingt ans... ne peuvent pas connaître...), écrire l'adresse, humecter le timbre (si, si, rappelez-vous, une horreur, ça !), le placer sur l'enveloppe (quasiment systématiquement, le mien est à l'envers, "Marianne" a toujours la tête en bas, je me demande pourquoi...), essayer de trouver quelqu'un pour déposer l'enveloppe à la boîte aux lettres ("Pourquoi toujours moi ? "), finalement y aller moi-même parce que personne n'avait envie de ressortir... et attendre impatiemment que le facteur apporte une réponse... Lire la réponse, penser déjà à ce que vous répondrez vous-même, mais prendre le temps d'y réfléchir encore un peu... J'admets que les courriels permettent d'être plus rapide pour la réponse, si tant est que votre courriel ne reste point lettre morte... mais je trouve justement plutôt sympathique et agréable de multiplier les entrées... Cartes, lettres, courriels, colis, art postal, et même sms... Sainte Téléphonie sait pourtant combien je n'aime pas la grammaire et l'orthographe smsiennes, il me faut bien deux sms pour dire ce que j'ai à dire... pas économique, mais lisible ... Les possibilités sont multiples d'envoyer un petit rayon de chaleur...

Donc disais-je, j'étais bien partie pour les échanges épistolaires. Mais la lettre d'amour est d'un genre un peu... particulier. "Ecrire une lettre d'amour... Aucun genre épistolaire n'est moins difficile : il n'y est besoin que d'amour" (Radiguet) Fi donc Monsieur , c'est peut être justement pour cela que l'exercice est ardu ! Parce qu'il y est besoin d'amour...

D'ailleurs vous remarquerez que ma lettre d'amour ne ressemble ni de près ni de loin à une lettre d'amour. Une lettre d'amour n'est point lettre ouverte, elle se doit d'être discrète, secrète même, dans une belle enveloppe qui sait ; la mienne était posée sur le bureau, n'importe comment, au vu et au su de tous. La lettre d'amour cependant doit avoir un petit quelque chose de suffisamment attirant pour ne pas être mise de côté, une atmosphère particulière, un stylo d'une couleur particulière, un papier particulièrement beau... ; la mienne était écrite sur un papier de brouillon. La lettre d'amour pourrait être calligraphiée à la plume ou au moins au stylo-plume ; la mienne était écrite au crayon de bois. La lettre d'amour pourrait être une longue missive égrenant des mots doux et de délicates élucubrations, d'arabesques verbales et d'envolées grandiloquentes ; la mienne est composée de quatre phrases minimales "sujet-verbe-complément" et sans aucune faute d'orthographe qui plus est ! C'est assez rare pour être souligné !

Mais si comme son nom l'indique, la lettre d'amour est ... d'amour, alors la mienne est emplie d'amour. Plein de cet amour inconditionnel*, de cette tendre affection qui n'est pas effrayée par l'idée de faire un petit mot doux, une pensée chaleureuse... juste pour vous dire... "Coucou, je pense à toi"... C'est un petit mot de Marmotte numéro Trois.



Alors ma "lettre d'amour" ne ressemble pas à une lettre d'amour, il est vrai, elle me fait me demander si je ne dois pas emmener à nouveau ladite marmotte chez l'ophtalmologue, il est vrai également, mais c'est la plus belle lettre d'amour que j'ai jamais reçue. Bon,c'est aussi la seule**, je n'en disconviens point, mais ça n'en est pas moins la plus belle.

Et si tous les p'tits bonheurs du monde se donnaient le lien...

Passez une bonne semaine et rendez-vous mardi prochain si vous en avez l'envie.
Véronique
*NdlR : Ne pas tenir compte des "Dis-maman, je t'aime... Je peux regarder la télé ?"
** Dans le même genre, j'ai aussi un jour reçu un bel acrostiche d'amour... mais cela sera peut être pour un autre thème...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une ferme...

Je vous ai apporté un bouquet... parce que les bonbons, c'est pas raisonnable...

Ballotins...