Regard sur le quotidien : cinquième p'tit bonheur

Bonjour,

Je vous le dis, moi, ces filles, elles sont étranges. Cette semaine, elles ont proposé d'évoquer un petit bonheur pour les doigts... Déjà, c'était bizarre... Mais certaines mauvaises langues sont même allées jusqu'à suggérer que ce n'était pas difficile, que le clavier de notre ordinateur avait cette semaine son heure de gloire, lui qui doit habituellement laisser la place d'honneur à l'écran ou l'unité centrale... Mais ce ne seraient que des vilénies sans fondement, n'est-ce pas ? Et mon petit doigt m'a dit qu'elles avaient eu d'autres idées bien plus étonnantes...

Mais sérieusement, nous avons mis là le doigt sur une sérieuse difficulté... Cependant comme nous obéissons au doigt et à l'oeil aux consignes de cette ronde, il n'était pas question de refuser de se remuer le petit doigt, même si ce n'est pas un sujet qu'on maîtrise sur le bout des doigts... Nous n'avions pas envie d'être montrées du doigt... Nous nous sommes unies comme les doigts de la main (bon ok, comme les liens d'une ronde, mais ça n'allait pas pour le texte...) maintenant que nous avons mis le doigt dans l'engrenage de cette ronde... et nous ne tenons pas à la rompre avant de toucher du doigt la fin...La première idée qui m'est venue est naturellement "le patouillage"...

J'aurais pu évoquer le bonheur de ces journées entre copines aux doigts de fée où l'on teste des nouvelles encres, du nouveau matériel, des nouveaux tampons décoratifs... Bref, tout ce que l'on sait faire de ses dix doigts... J'aurais pu mettre l'accent sur le plaisir de ces journées à partager entres amies ou copines de nouvelles idées, papoter... Qui a dit "grignoter" ? pfffff Ce n'est pas un club de rencontre pour mauvaises langues ici, hein ? Un peu de tenue, je vous prie... Ou vous risquez de vous en mordre les doigts !

Mais non, en fait, je ne peux pas... parce que si le bonheur de ces journées est indéniable pour mon mental, le bonheur n'est pas pour mes doigts, je fais partie de ces personnes qui ne supportent pas d'avoir les mains sales... Nous n'en sommes pas à l'obsession, pas encore (On ne rit pas !) mais au moins je ne vais pas me salir volontairement... Donc, je n'en suis pas encore au patouillage à plein doigts... Je patouille par conséquent du bout des doigts si je ne peux pas faire autrement, avec lavage des mains quasi-instantané si -Horreur ! Malheur !- une tache arrive sur mes doigts. Sinon je privilégie le pinceau ou un autre outil intérmédiaire... Je ne vous raconte pas la tête que fit mon grand-père quand il a découvert que je refusais de manger avec mes doigts et que je mangeais les tourteaux avec un couteau et une fourchette pour ne pas me salir... les doigts ! Enfin sa tête à lui, breton pure souche, c'était plutôt du mécontentement... Mais je me soigne, hein ? Ou plutôt "ma machine à pain" me soigne... En effet, elle s'est mise en mode "grève de pétrissage" donc si je veux du pain, je dois le pétrir à la main... Heureusement, il me reste quelques gants de soin, vous savez, ces gants très fins...

J'aurais pu également tenter de vous faire toucher du doigt le plaisir que j'ai eu à regarder courir les doigts des petits musiciens en herbe sur le piano lors de la dernière audition des enfants. Je suis impressionnée... Si petits et déjà tant d'agilité, tant de légèreté dans ces petits doigts... Ils ont le plus souvent leur morceau dans les doigts et se concentrent si sérieusement que je ne vois plus que ces petits doigts qui virevoltent et glissent sur les touches...

J'aurais pu parler de ces doigts levés, en classe, qui "demandent l'autorisation" de parler ou de sortir... Enfin qui "devraient"... Ca c'était avant... jadis... Maintenant, le doigt levé a tendance juste à signifier "c'est moi qui prend la parole, maintenant"... Toute une éducation à revoir... Mais non, ça, ce n'est pas un petit bonheur...

Si vous avez cru que j'allais évoquer l'une ou l'autre de ces choses, vous vous seriez fourré le doigt dans l'oeil (un peu familier, mais il fallait bien la caser également), même si j'étais à deux doigts de capituler... car finalement, un "petit" bonheur des doigts, c'est ce petit plaisir presque superfétatoire qui me vient quand je réussis, avec difficulté, certes, mais tout de même, à laisser pousser mes ongles, moi qui suis tellement anxieuse, tellement angoissée que le bout de mes doigts ressemble davantage à un champ de bataille qu'à de jolis ongles. Il m'aura fallu des années, tant d'années, pour réussir à ce que cela arrive, bien que cela ne dure jamais... J'apprécie ce petit plaisir de réussir cet exploit (pour moi) parce que le vernis, même transparent -superfétatoire, peut-être, mais pas ostentatoire-, est bien moins ridicule sur des jolis ongles que sur des moignons et je peux même sortir une jolie bague de son écrin...Mais il n'y aura pas de photo parce que nous sommes justement dans un moment où je n'y arrive pas...

Et si tous les p'tits bonheurs du monde se donnaient le lien...passez la main...
Bonne journée,
Passez une bonne semaine et touchez du bout des doigts vos p'tits bonheurs de la semaine... Rendez-vous mardi prochain si vous voulez bien.
Véronique

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une ferme...

Septembre

Je vous ai apporté un bouquet... parce que les bonbons, c'est pas raisonnable...