Regard sur le quotidien : deuxième p'tit bonheur

Bonjour,

Alors en fait, quand j'ai eu fait le tour des p'tits bonheurs du coeur ou des pieds de la ronde, je me suis bien vite rendue compte que, bien sûr, la perception des choses changeait tout (c'est sûr que voir la pluie comme une bénédiction pour la planète et pas comme une malédiction pour le brushing, ça change un peu la vision de la pluie) mais aussi les intentions qui sont sous-jacentes à toute action. Un objet insignifiant va prendre l'apparence d'un petit ou d'un grand (ne soyez pas mesquin, s'il vous plaît !) bonheur si l'intention qui est derrière est une volonté de faire plaisir, une volonté de tendresse, d'affection...

Le petit bonheur suivant dans la ronde devait être un petit bonheur des yeux... Je me suis dit que c'était facile, je venais juste de changer de lunettes, je devrais mieux les voir, les p'tits bonheurs, non ? Parce qu'en ce qui concernait le chas de l'aiguille pour y enfiler le fil doré qui augmente le temps de réalisation d'une page, oups, qui embellit une page, ce n'était plus ça du tout... Et oui, ma bonne dame, je vieillis. Or finalement, ce n'est peut être pas une question de lunettes (et une publicité mensongère de plus, une ! Vous rappelez vous ? "Changez de lunettes !")... Mais ce n'était pas le sujet, j'en conviens...

Alors bien sûr, j'aurais pu évoquer la douceur éprouvée par moi lorsque je regarde les marmottes dormir. Oui, dormir, parce qu'endormie, la marmotte est silencieuse, enfin presque ! En tous cas, exit les cris de sauvage ou les bruits de sabre laser. Exit les reproches ou les commentaires désobligeants. Exit aussi les mots doux...certes... mais bon... Il paraît qu'on ne peut pas tout avoir en même temps...

J'aurais pu également évoquer l'admiration de voir Marmotte numéro Trois se concentrer sur le morceau qu'il joue au violoncelle. Ou encore lorsque je vois un sourire s'esquisser sur les lèvres de Marmotte numéro Un. Ou même lorsque je vois Marmotte numéro Deux s'occuper si gentiment et si patiemment d'un petit qui le "colle au basques"... Mais parce qu'il est bon aussi de voir plus loin que le bout de son nez, oups, que les marmottes de son coeur, j'ai choisi de ne pas cibler les marmottes pour ce petit bonheur-là (et puis faudrait voir à ce que je ne vous lasse pas avec mes radoteries sur les trois merveilles de la nature ! Comment ? Vous ne saviez pas qu'il n'y en avait plus sept ? Non, non, maintenant elles sont trois... Mais quelles merveilles ! Ne cherchez pas plus loin !)

Bonheur des yeux, disais-je donc... J'avais beau scruter tout autour de moi, je ne voyais rien qui me chatouillât le regard... Je commençais à me dire que je ne trouverai pas un p'tit bonheur des yeux avant mardi matin, que j'aurais mieux fait de ne pas m'inscrire, que les lunettes ne changeaient rien à la vision des choses... Enfin, vous vous doutez bienqu'il s'agit là d'une façon de parler puisqu'il est évident que les lunettes changent la vision des choses (ou alors changez d'ophtalmo ou d'opticien...), alors que je préparais une petite journée de labeur pour les monstres oups les élèves, quand je quittais l'écran de l'oeil...Wahooooooo ! (Ben oui, tout de même un peu)Ni une, ni deux, je quittais mon siège de bureau, en me cassant la figure, comme d'habitude quand je suis pressée puisque l'assise dudit siège ne possède plus qu'une vis sur les quatre qui la tiennent normalement au pied. Vous vous imaginez donc que se lever d'un côté du siège un peu trop rapidement entraîne une chute aussi redoutable pour le fessier que vertigineuse pour l'amour propre, surtout quand les marmottes assistent à la scène ! Et allez donc comprendre pourquoi cette screugneugneu loi de Murphy me fait toujours quitter le siège du côté qui me verra chuter ? Et la première qui rit, je lui tire la langue ! J'attrapais au vol l'appareil photo, le sortais du sac de tissu dans lequel je le range, me précipitais dans la salle à manger, ouvrais la fenêtre, au mépris de la facture de chauffage (Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour la ronde des p'tits bonheurs et le scrap ! Bon ok, c'est moi qui ai signé pour la ronde et vu ce que je scrappe en ce moment...) et photographiais... Cela !



Alors soit, ce n'est pas la photo "de paysage" la plus jolie qui soit ! Foin de montagnes enneigées ! Foin de désert bruni par le soleil ! Foin de prairie aux fleurs qui s'étalent à perte de vue ! Foin de mer ondulante où les vagues d'un bleu à faire pâlir les cieux révèlent moultes étincelles ! Foin d'un coucher de soleil sur le Saint-Laurent ! Juste un petit coucher de soleil dont les couleurs bleutées et rosées embellissent même les toits d'un petit quartier d'une banlieue située au sud de Paris... Mais ce sera donc mon petit plaisir de l'oeil pour cette semaine, car j'aime beaucoup ces nuances toutes douces que prend parfois le ciel.

Et si tous les p'tits bonheurs du monde se donnaient le lien...
Bonne journée,
Passez une bonne semaine et ayez l'oeil... pour trouver votre p'tit bonheur des yeux... Rendez-vous mardi prochain si vous voulez bien.
Véronique
qui ne devrait pas être là, ce n'est pas sérieux, mais je ne pouvais pas rompre l'engagement de la ronde comme ça... La comtesse de Ségur ne l'eut point permis...
Et quand donc je vais pouvoir faire "Ismaki", moi, avec tout ça, hein ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une ferme...

Septembre

Je vous ai apporté un bouquet... parce que les bonbons, c'est pas raisonnable...