Quand je vous dis que c'est l'an pire...

C'est que c'est vraiment l'an pire...
Mouais...
Pas glop !

Bonjour les mesdames,

Une preuve...
de plus...
Il y a quelques semaines, j'ai emporté mon appareil photo à l'école pour prendre des portraits des enfants et réaliser une page de présentation de leur album "l'année du cp" (ou du ce1) ainsi que pour placer sur leur sous-main. Comme nous n'avions pas fini les photos, ma collègue et moi avons bêtement laissé nos appareils photos dans la classe pour éviter de les promener et/ou de les oublier quelque part... Prises dans les "chosàfaires" et dans les "rendez-vous", nous les avons laissé la nuit dans l'école (fermée, hein ?)

Les deux appareils ont disparu...

Mouais...Pas glop !

Nous avons commencé par la méthode "pédago-éducative"... Explications du problème, explication du préjudice, demande de retour des appareils...

Mouais...Pas glop !

Comme les remontrances "morales" n'ont rien donné côté enfant... Etonnant, non ? A quoi m'attendais-je ? Autant à priori j'ai confiance en mes élèves, autant je ne fais pas confiance en la moralité du voleur pour rapporter l'objet qu'il n'aurait jamais volé s'il avait eu une moralité à toute épreuve !

Mouais...Pas glop !

Comme les appels à vigilance côté parents n'ont donné que "ce n'est pas mon fils, je n'ai même pas besoin de regarder ses affaires pour savoir que ce n'est pas lui, mon fils ne ferait pas ce genre de choses..." et en tout cas même pas un petit mot du genre "désolés pour vous".... Etonnant, non ? C'est marrant, j'ai été assez stupide pour imaginer que les parents comprendraient que les appareils photos avaient été emportés en classe pour leurs enfants et pour eux (puisqu'il s'agit de réaliser un album de leur année scolaire) et que quelques-uns auraient au moins pu avoir "un petit mot". Ah vi, je me rappelle... A vivre d'illusion, on court le risque de mourir de désillusion...

Mouais...Pas glop !

Ma collègue et moi avons donc décidé de nous rendre au commissariat et d'effectuer un "dépôt de plainte"... Une première pour moi...

Mouais...Pas glop !

Déjà... il faut trouver le commissariat... bien caché la bête, ils ont peur de quoi ? Qu'on les appelle à la rescousse ? Ensuite il faut "constater" que tout est absolument fermé, impossible d'entrer... Le grillage, au demeurant sympathique puisqu'il figurait des pièces de puzzle imbriquées, n'en était pas moins un grillage très haut et très épais... Ils ont peur de quoi ? Que j'enjambe la clôture ? Bon c'est vrai que nous avons bien eu, nous, à l'école un parent qui l'a fait...

Mouais...Pas glop !

Ahhhhhh j'ai vu un bouton d'interphone...Je me précipite dessus... J'appuie... et j'entre dans une autre dimension :
- Bonjour, c'est pour quoi ?
- Bonjour Monsieur, nous venons porter plainte (Je vous rappelle que c'est la première fois que j'ai un contact avec un commissariat, hein ? Je ne suis pas très à l'aise, moi !)
- C'est pour quoi ?
- C'est pour faire un dépôt de plainte.
- C'est pour quoi ?
- On nous a volé nos appareils photos.
- C'est pour quoi ?
- Euh... Qu'est-ce que je dois ajouter de plus, Monsieur (oui, je suis très polie) ?
- Bon je vais vous faire entrer, ce sera plus simple !

Euh... je me trompe ou il me prend pour une débile ? Non parce que ...entrer, c'est tout ce que je voulais depuis le début, moi !

Mouais...Pas glop !

Nous revenons dans notre dimension et nous entrons... Tirer le portail... Pousser la première porte vitrée... Tirer la deuxième porte vitrée... trop forte la police, ils font des algorythmes... Nous arrivons à l'accueil... Un comptoir de bois, personne derrière, une vitre sans hygiaphone... une porte "entrée non autorisée aux personnes non habilitées"... Aucune chance que je sois habilitée, je ne suis même pas habilitée à enseigner l'anglais, moi...

Mouais...Pas glop !

Nous attendons un peu, beaucoup, à la folie... Nous avons donc le temps de repérer autour de nous et de l'accueil... un couloir "entrée interdite" (deux panneaux au cas où l'on ne saurait pas lire, ben oui quoi, je suis en début de CP moi !), un escalier "défense d'entrer"... et cette grande affiche au dessus de comptoir de l'accueil qui nous nargue... "Charte de l'accueil du public et des victimes", surtout l'article 1 et l'article 3, si si, allez voir, ça vaut le coup d'oeil... Charte

Mouais...Pas glop !

Nous commençons à nous sentir mal à l'aise, nous nous sentons vraiment de trop, l'impression de déranger pendant le déjeuner ? Il y a bien, derrière la vitre, deux, trois, quatre, non cinq policiers qui ne peuvent pas manquer denous voir puisque la vitre est vitrée, comme son nom l'indique... Bon, finalement, nous nous mettons à la place des collègues qui vont devoir se répartir nos élèves si nous ne revenons pas à l'heure, nous prenons notre courage et notre bonne éducation à deux mains et nous tapons à la vitre "ya quelqu'un" ? Un policier ouvre la porte "entrée non autorisée aux personnes non habilitées" (il est habilité, lui !) et nous demande "Que voulez vous ?"

Nous retournons dans la dimension parallèle que nous venons de quitter... Ma collègue, un peu agacée par ce manque délibéré d'accueil, lui répond "être accueillies"... Condescendant, la personne nous répond "Bonjour"... suivi d'un "Voilà, vous êtes accueillies".

Mouais...Pas glop !

Euh... Est-ce que nous lui expliquons que même s'il n'y a pas mort d'homme, juste de toutes les photos que nous ne prendrons plus, nous sommes quand même du côté des victimes ? Il semble que le policier recevant les plaintes n'est pas là. Toujours inquiète à l'idée d'une surcharge de travail pour nos collègues (et oui, nous sommes comme ça !), nous demandons combien de temps cela va nous immobiliser (pour éviter que les-dites collègues...voir ci-dessus). Ce policier-là, à peine plus aimable que toute à l'heure, nous explique qu'il va falloir attendre, que la personne habilitée à recevoir les plaintes va arriver bientôt et que ça prendra le temps de passer deux dépôts de plaintes, l'une après l'autre parce que bien sûr ça ne se fait pas à deux. Ah non ? Bien aimable, le Monsieur... Et nous attendons... Peu de temps finalement après celui que nous venons de passer... Arrive un jeune homme aimable (pour de vrai, oui Madame, Glop ! Glop ! ), qui nous dit "bonjour" Glop ! Glop ! , nous "accueille" Glop ! Glop ! et nous propose d'entrer dans le bureau "entrée non autorisée aux personnes non habilitées" Glop ! Glop ! et toc ! Ensemble... et re-toc ! Glop ! Glop ! Bon, une heure pour expliquer, noter les deux procès verbaux, les imprimer, les faire signer... Les collègues ont du se débrouiller avec nos élèves...

Mouais...Pas glop !

Bon alors dis comme ça, c'est drôle, mais dans le monde de la réalité de l'an pire, pas glop, j'avais vraiment l'impression d'être le contrevenant dans l'histoire...Et voilà pourquoi, si je réussis à écrire par ici, vous allez supporter mes élucubrations verbales plutôt que les photos de mes réalisations... qui au demeurant sont en ce moment fort sporadiques... et c'est un euphémisme...

Quand je vous disais que c'était l'an pire... et encore... d'aucuns pourraient prétendre qu'il ne s'agit que de matériel... ce que j'ai déjà dit ci-dessus :-P

Meilleure journée
Véronique

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une ferme...

Je vous ai apporté un bouquet... parce que les bonbons, c'est pas raisonnable...

Ballotins...