Regard sur le quotidien : Au premier mardi était le blanc

Bonjour
C'est parti, la ronde des couleurs prend la route. Puisqu’au premier mardi était le blanc, il a fallu chercher, dans ma maison, quelque chose de blanc, et tant qu’à faire, du blanc bien blanc, hein ? Pas du blanc cassé ou du blanc-gris !

Et bien croyez-moi si vous le voulez, mais ce n’est pas si facile. J’ai même demandé un peu à marmotte n° 3 si elle ne voulait pas me donner un coup de main. Qui a dit « tricheuse » ?

Gentille, marmotte n°3 n’a pas eu à cœur de laisser sa maman dans l’embarras et m’a proposé dans l’ordre : l’enduit de l’escalier qui n’a pas encore été recouvert, les fiches rolodex qui n'ont pas encore été remplies et décorées. Remarquez-vous comme le blanc à toutes les apparences du vide, de l’absence ? J’avais bien imaginé coller une photo du collier de perles que je n’aurais jamais, vous savez, les belles perles blanches, les vraies ? J’avais bien pensé également coller une photo du papier peint de ma chambre, papier que j’avais voulu blanc pour le côté « calme », « tranquille », « reposant », « doux » de cette couleur… mais finalement, j’ai eu une idée plus amusante , du moins qui m’amuse davantage, moi. Oui je sais, il en faut peu… Comme quoi…

Voici donc LA photo :




Oui quoi, ce n'est qu'un détail... Mais n'avez-vous aucune idée ? Non ? Vraiment ? Mais cherchez un petit peu ? Non ? Alors je vous montre en entier ...




Il s’agit d’une paire de chaussette toute blanche encore. Dans une famille où les mots « mets tes chaussons » retentissent à longueur de journée comme les cloches des églises appelaient jadis à l’office ; dans une famille où les chaussons ont la fâcheuse manie de disparaître dans les abats jours des suspensions (surtout ne me demandez pas comment ils atterrissent là-haut, c’est un mystère non encore résolu) ou derrière les radiateurs ; dans une famille où les chaussons disparaissent sous les canapés ou sous les lits encore plus vite que Lucky Luke dégaine son « colt », lui-même, rappelez-vous, tirant plus vite que son ombre ; dans une famille où les chaussures se percent d’effroi à la première apparition de la patinette ou du vélo, oui, saviez-vous que les vélos modernes n’ont pas de frein ? Alors les chaussettes perdent très vite leur magnifique teinte blanche pour prendre un léger voile grisâtre, lentement, mais inexorablement, même lavées et relavées, peut-être même surtout lavées et relavées, quand ce n’est pas une couleur rosâtre ou bleuâtre de « mélange malencontreux ». Ce qui toutefois reste plus fonctionnel que la disparition pure et simple de la moitié d’une paire, sujet qui, bien qu’étant un sujet important et un mystère non résolu également, serait aujourd’hui une abusive digression. Ce qui fait que la paire de chaussette blanche, vraiment blanche est un miracle éphémère qui mérite d’être souligné… Et j’en ai trouvé une assez blanche pour répondre au défi de ce mardi, ce doit être ça le point positif… il en restait au moins une pour la photographie…

Bonne journée
Véronique
Ahhhhhhhhhhhh ! Pendant que je finis ce message, j’entends la machine à pain qui sonne la fin de la cuisson et je me dis qu’elle était blanche, elle aussi. J’aurais pu évoquer la bonne odeur du pain frais, le fondant de la mie du pain tout juste cuit, le croustillant de la croûte venant de finir sa cuisson… Finalement, il y en a du « blanc » dans la maison…
PS : message récupéré des décombres de son domicile précédent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une ferme...

Je vous ai apporté un bouquet... parce que les bonbons, c'est pas raisonnable...

Ballotins...